Le laboratoire secret où Nike a inventé la chaussure Power-Lacing de nos rêves


Le laboratoire secret où Nike a inventé la chaussure Power-Lacing de nos rêves 2

LA SNEAKER DOIT VIVRE. Tinker Hatfield était assis à une table de rédaction dans son bureau de Beaverton, Oregon, en train de jouer casino. Lui et un autre jeune designer de Nike nommé Mark Parker venaient de rentrer d’une séance de brainstorming à Hollywood avec le réalisateur Robert Zemeckis, qui racontait la suite de son succès de comédie de science-fiction de trois ans plus tôt, Retour vers le futur. C’était en 1988, et Zemeckis et son équipe créative étaient à la recherche de gags visuels futuristes pour le film, se déroulant en 2015. Ils avaient chargé Hatfield et Parker d’imaginer des baskets du 21ème siècle. Une idée qui a surgi lors de la réunion concernait la lévitation magnétique, mais pour Hatfield cela n’allait pas.

Son temps en tant que perchiste et son diplôme en architecture de l’Université de l’Oregon lui avaient appris à valoriser l’utilité, et il ne lui semblait pas plausible qu’un athlète, même des décennies dans le futur, veuille ou ait besoin de léviter. Hatfield et Parker ont décidé de ne pas traiter la mission mais, comme il se souvient, «comme si quelqu’un m’avait demandé de réinventer les chaussures pour des raisons de performances réelles, dans le monde réel, j’avais seulement 30 ans pour comprendre la technologie.» Et c’est alors que l’idée lui est venue : «Qu’en est-il d’une chaussure qui prendrait essentiellement vie lorsque vous la mettez ? Elle prendrait la forme de votre pied, et s’illuminerait. Ne serait-ce pas génial si les chaussures pouvaient faire ça ? »

Hatfield n’a pas seulement esquissé à quoi ressemblerait une telle chaussure. Il a dessiné un storyboard dans lequel Marty McFly rencontre pour la première fois une paire de baskets : il entre, se penche pour attacher les lacets – un rituel instinctif se prosternant devant la chaussure – et les baskets s’allument, prennent vie et façonnent son pied. Une scène similaire au dessin de Hatfield s’est retrouvée dans le film, qui est devenu l’un des films les plus rentables de l’année et a présenté le Nike Mag, comme la chaussure a été baptisée, comme une sorte de “voiture volante” de la chaussure. Au fil du temps, le Mag a tellement capturé l’imagination des gens qu’une campagne intense a abouti à des pétitions en ligne, avec des futuristes, des fanboys et des fans de baskets suppliant Nike de créer une version commerciale.

Hatfield, Parker et une armée de concepteurs, d’ingénieurs et de data scientists ont écouté. Et après 28 ans de brainstorming et 11 ans de R&D, après de nombreux faux départs, retards et délais dépassés, après avoir vaincu le scepticisme interne, après d’innombrables prototypes, itérations et refontes, la chaussure à laçage électronique automatique de Nike a été créée en prototype. Affaire à suivre donc !



Information : Si vous êtes l’auteur d'illustrations vues sur le site et que vous souhaitez les supprimer, modifier et ou tout autres demandes, merci de prendre contact avec moi pour que je puisse vous citer et modifier l'article selon vos convenances. Si vous n'êtes pas cité, c'est que je n’ai pas trouvé sur la toile à qui appartenait ces créations. Je ne veux aucunement vous porter préjudice. Merci

Les articles que vous allez aussi aimer