Graphiste, un métier de larbin ? - #Olybop

Graphiste, un métier de larbin ?


Bonjour à tous, je souhaite faire un point grâce à cet article sur le métier de graphiste/webdesigner. Je me suis fait une auto-interview sur la vision que j’ai de notre métier. Le but de cela est surtout  pour montrer qu’aujourd’hui le métier de graphisme est quand même sous-estimé. Le titre de cet article importe peu, je ne savais pas trop comment attirer l’attention alors que nous sommes dans période ou ce métier est clairement bradé, dévalorisé ou encore mal compris. Cet article n’est que le reflet de ma pensée. Rien d’autre. Je suis bien sur ouvert à la discussion si vous n’êtes pas d’accord, mais que vous argumentez.

La vision du métier de Graphiste / Webdesigner en 2013

–          Comment voyez-vous votre métier en 2013 ?

2013 est une année forte en graphisme, comme toutes les autres, on voit des travaux de qualité qui sortent de l’ordinaire mais les plus souvent ne sont pas créés à des fins commerciales, du moins ma majoritairement. Le métier de graphiste est aujourd’hui dénigré, sous-estimé, j’ai lu sur d’autres sites à une vision « graphiste-esclave » du métier. Pour devenir graphiste, les professionnels font des études souvent poussées (écoles de design ou autres équivalences) pour comprendre, interpréter et adapter l’histoire aux créations d’aujourd’hui. Il y a clairement 2 vitesses au graphisme. L’une est basée sur la notoriété : Si vous avez la chance d’être reconnus dans le métier, vous pouvez vous permettre d’afficher des tarifs en fonction de votre notoriété. Pour le reste, ils se noient dans la masse et sont en concurrence directe avec les pseudos-graphistes, les marchands de rêve à bas prix et autres arnaqueurs auto-générés.

Le métier de graphiste est un levier extrêmement important dans la communication globale d’une société, d’une association ou tout autre entité ayant besoin de communiquer.  Il fait donc appel à ses compétences et son savoir-faire pour faire passer des émotions à travers un travail visuel. C’est le ciment qui relie toutes les variables stratégiques d’une communication. Le métier de graphiste est un métier qui se doit d’être remis en question chaque jour. Il se plie aux tendances, aux évolutions du marché, de l’histoire et des secteurs.

Le métier de graphiste est un métier humain. Il se doit de comprendre ses clients, ressentir leurs besoins, les interpréter et utiliser toutes ses variables pour donner un résultat efficace. Sachant que le graphisme est une interprétation de toutes ses variables, c’est donc une œuvre de l’esprit.

–          Pensez-vous que le métier de Graphiste est sous-estimé en 2013 ?

C’est clairement dit ! Oui, le métier de graphiste est sous-estimé en 2013. Il suffit de lire chaque jour les tweets, les annonces et autres demandes qui circulent sur la toile pour comprendre qu’il y a un réel problème d’interprétation du métier. Croire que créer une charte graphique est simple et rapide, est un réel problème. On entend très souvent dire « fait moi un truc vite fait », ce qui est complètement aberrant.

–          Pensez-vous que le graphisme est dénigré au profit de la stratégie commerciale ?

Il est clair que souvent, nous voyons des affiches dans la rue, d’énormes 4×3 dénués de structure, avec un graphisme absent ou laissé pour compte. Pourquoi ? Parce que les gens n’ont pas le temps, parce que le principal c’est de faire passer un message en 2 ou 3 secondes. On se rend compte que les décideurs ne font pas confiance aux professionnels que nous sommes. Retoucher encore et toujours la charte graphique réalisée en V1, celle qui a été faites de façon réfléchie, structurée, où les éléments sont liés les uns aux autres. Cette version que vous allez voir petit à petit se détériorer parce que votre client ne comprend pas les enjeux et préfère avoir « le texte plus gros », « les couleurs plus flashy », « Plus gros ! Plus gros !  Encore et toujours…. ». Il faut que tout soit visible, rapidement, du coup, plus rien de ressort, plus rien ne fonctionne. Le client est roi…

–          Pensez-vous que le graphisme d’aujourd’hui est timide au profit du message marketing ?

En effet, quand on regarde autour de nous, on se rend compte que tout se ressemble. Je prends l’exemple des affiches de films. Il n’est pas difficile de comparer 10 affiches de films du même genre et de se dire que le contenu est similaire. La structure est identique, les contenus aussi. On pourrait prendre aussi l’exemple des sites internet, on regarde la majorité et le web devient un immense « copié-collé », tout se ressemble, tout est identique, le web devient une base de données de sites sans personnalité, basé sur la technique plutôt que la cohérence de l’identité souhaitée. Les exemples les plus flagrants sont les sites basés sur les grilles responsives. Des carrés, des carrés et des carrés sans valeur ajoutée ni vie. Il existe bien sûr des exceptions à la règle mais ceux-là ne proviennent pas du graphisme de bas-étages et n’ont pas été réalisés par des débutants.

–          Est-il possible aujourd’hui d’oser proposer des concepts graphiques, plus complexe à interpréter, sans être de « gros messages textes commerciaux » ?

D’un côté, le message doit passer, c’est évident, mais d’un autre, proposer des concepts qui sortent du cadre classique reste compliqué.  Changer, innover, choquer, interpeller sont l’essence même du graphisme. Il est d’actualité, de par la société actuelle, que tout aille vite et s’axe sur le prix (c’est la crise !). C’est donc dans cette logique que les marketeux vont  droit au but. C’est pour cela que les messages sont limités au simple message direct « -50% ! C’est les soldes ». Il est donc impensable que les graphistes pensent différemment. Et c’est bien dommage. A contrario, dans certains secteurs, il est possible d’avoir une vision différente (le luxe par exemple). Peut-être que dans le futur, les choses changeront, je l’espère du moins.

–          Que pensez-vous des conditions de travail du graphiste ? Que pensez-vous des messages du type « cherche graphistes gratuits pour refaire ma charte»

Dans cette partie, il est bien sûr important de comprendre pourquoi les graphistes sont des machines, enfin du moins c’est ce que l’on veut qu’ils soient. Déontologiquement, le graphiste doit Travailler objectivement dans l’intérêt du commanditaire, lui proposer des créations originales génératrices de valeur ajoutée à son bénéfice exclusif. C’est là que le bât blesse. Il doit être force de proposition mais ce n’est pas lui qui décide. Forcément, les résultats escomptés sont tronqués.

Etant acteur sur twitter, je vois très souvent passer des tweets du genre « cherche graphistes gratuits ». Seriez-vous prêt, vous, monsieur le responsable de votre hôtel 4*, à répondre à cette question ? « Cherche Hôtel 4* gratuit » ? Vous monsieur le paysagiste, seriez-vous prêt à « refaire vite-fait mon petit jardin ? » Non, c’est évident, alors pourquoi tant de haine et d’irrespect envers les graphistes ? Il est clairement évident que les métiers du web sont dévalorisés. Vu que tout le monde est capable d’ouvrir Photoshop pour retoucher ses photos de vacances, les personnes se sentent l’âme d’un « créa » parce qu’ils ont réussi à mettre une ombre portée ou effacer mr Grojean sur la place des photos de vacances. Malheureusement, je sais aussi arroser mes plantes mais je ne suis pas paysagiste, je sais changer un siphon de baignoire mais je ne suis pas plombier. Chacun son métier, chacun sa spécialité. Je peste donc contre ces personnes qui pensent que faire un design, une interface web ou de simples icônes gratuitement.

–          Pensez-vous qu’il y a une concurrence déloyale ?

Oui et non. Oui il y a une concurrence déloyale dans le sens où les graphistes en herbe cassent les prix et dénigre du coup le travail. Voir des créas à 30 euros la journée, 50 euros pour un logo ou encore 200 euros pour une charte graphique complète est complètement aberrants. Il est impossible de faire cela sans se « prostituer ». Réaliser tout cela demande du temps, des connaissances, des recherches, de la compréhension du client et de son besoin. Autant de variables qui sont tronquées par un tarif complètement idiot. Il est impossible d’avoir un logo pensé, efficace et intemporel cohérent et en adéquation avec la démarche de la société client. Il est impensable de réaliser une charte graphique complète en 1h. Il y a une vraie concurrence déloyale en ce sens. En temps de crise, le prix est une variable importante aux yeux des clients. Ils choisiront le tarif le plus bas…mais sans l’expertise. Grosse erreur stratégique à mon sens. L’erreur n’est pas forcément dans le fait de prendre le moins chère, l’erreur est de choisir son prestataire uniquement sur cette variable la. Bien sûr, il y a de très bons graphistes moins chers que d’autres mais le choix doit aussi être fait grâce à des recherches…

Un autre aspect de cette concurrence sont les sites mettant en avant des bases de données de graphistes qui « ont faim ». Faire payer les graphistes pour accéder à des appels d’offres sans pour autant être sur de concrétiser. Je ne donnerais pas d’exemples de sites du genre mais il en existe malheureusement énormément. Il suffit de chercher « graphiste pas chère et rapide » sur google… #GOD

–          Du » est-il viable, efficace ?  La crise et les « casseurs de prix » font-il du bon travail ?

graphisme low-cost
graphiste low-cost

Je dirais que 1% du graphisme low-cost est viable. (Chiffre totalement aléatoire sorti de mon imagination) Il est possible d’avoir un graphisme bon et rapide (c’est l’expérience) mais cela a un prix. Un graphisme rapide et pas cher (c’est horrible), un graphisme bon et pas cher (c’est très lent, normal, un projet pas en priorité). La combinaison des 3 n’existe pas. NO-WAY.

source de l’image : cabinet d’architectes IAM à Toulouse

–          Quelle est la vraie valeur du graphisme ?

La vraie valeur du graphisme, c’est celui qui prend aux tripes, celui dans lequel on se donne, on laisse parler notre expérience et nos émotions. Celui qui laisse la part d’inspiration parler sans aucune contrainte. Celui qui innove et interpelle. Celui dans lequel on s’éclate et qui nous rend fier. C’est pour cela que j’ai monté mon agence web à nantes, parce que là, je peux m’épanouir et créer.

Cet article n’est que le reflet de ma vision.



Information : Si vous êtes l’auteur d'illustrations vues sur le site et que vous souhaitez les supprimer, modifier et ou tout autres demandes, merci de prendre contact avec moi pour que je puisse vous citer et modifier l'article selon vos convenances. Si vous n'êtes pas cité, c'est que je n’ai pas trouvé sur la toile à qui appartenait ces créations. Je ne veux aucunement vous porter préjudice. Merci

Les articles que vous allez aussi aimer