Pourquoi l’esthétisme du rétrogaming nous touche tant ?


Depuis quelques mois, on ne parle que de l’arrivée de la nouvelle génération de consoles qui devrait tomber en fin d’année. Les futures PlayStation 5 et Xbox Series X font envie à un nombre infini de joueurs qui n’ont qu’une hâte : voir des graphismes inégalés sur ces monstres de technologie.

Pourquoi l'esthétisme du rétrogaming nous touche tant ? 2
Pourquoi on aime autant le rétrogaming ?

En effet, ce facteur est devenu au fil de l’évolution des consoles, de l’Atari 2600 à la Nintendo Switch, la pierre angulaire de la réussite ou non d’une machine de salon. Mais ne vous y trompez pas, ce que les gamers veulent ne tient pas dans une suite de données et statistiques où le nombre de pixels et la colorimétrie seraient proches de la perfection.

Ils recherchent tout simplement des émotions par des œuvres graphiques, c’est-à-dire un certain style que l’on pourrait presque qualifier d’art. C’est pour cela que des jeux vidéo encore plus anciens que l’auteur de ces lignes trouvent encore grâce aux yeux de ce public spécialisé. Et il expliquerait aussi le retour en force du rétrogaming ces dernières années.

Des univers colorés, entre fantaisie et rêverie

Définissons d’abord ce terme qui regroupe tous les jeux sortis sur des consoles, des ordinateurs ou des bornes d’arcade durant la période de croissance de l’univers vidéoludique : les années 1970 au milieu des années 1990. En clair lorsque les titres en 3 dimensions n’existaient pas encore.

Mais pourquoi, restons-nous encore autant attachés à ces reliques du passé ? Le gameplay même s’il a posé les bases des 30 années suivantes d’évolution du secteur ne sont pas l’explication de cette Madeleine de Proust.

Pour plusieurs générations de joueurs, lorsque l’on pense à nos premiers jeux vidéos, c’est souvent les cut-scenes mémorables ou les bonus qu’avaient notre héros qui nous restent en tête. C’est dans ces moments-là que la beauté vintage s’est ancrée dans notre cerveau pour ne plus jamais en sortir.

Nous sommes littéralement tombés sous le charme d’une Chun Lee (Street Fighter), sur le design « badass » des héros de Street Of Rage ou sur ces fameuses salopettes de Mario et Luigi. Si l’on montre à un jeune de 15 ans Ryu faire un hadoken complètement pixelisé, sa réaction sera bien différente de la notre.

Les enfants nés dans les années 1970 et 1980 ont grandi avec ces univers colorés, ces expressions faciales exacerbées et ce goût pour la fantaisie et la rêverie. Il est donc logique qu’une part de nous reste sensible à ce type d’esthétisme qui conduit les studios de développement et d’édition à calquer ces univers graphiques sur les toutes dernières consoles. Nintendo a refait un Super Mario en 2D, un nouveau Sonic (Mania) a pu réutiliser le moteur graphique d’antan et de nouvelles licences comme Super Meat Boy empruntent ostensiblement ce genre de graphisme.

Une nostalgie esthétique qui touche d’autres domaines culturels

Pourquoi l'esthétisme du rétrogaming nous touche tant ? 3
Les enfants, petits et grands, s’amusent parfois d’un rien

La nostalgie d’un esthétisme d’antan n’est pas seulement propre au monde du jeu vidéo. De nombreux domaines culturels misent notamment sur ce marqueur émotionnel.

Parlons de l’esthétisme cyberpunk développé dans les années 1980 dans de nombreux domaines des cultures de l’imaginaire. Depuis quelques années, pléthores d’œuvres utilisent ces codes graphiques particuliers. On pense notamment au film Blade Runner 2049, suite éponyme du célèbre film d’anticipation avec Harrison Ford, et salué par la critique principalement pour cette imagerie. Le monde du jeu vidéo n’a d’ailleurs pas attendu trop longtemps à s’emparer de ce type d’univers comme en atteste la future sortie de Cyberpunk 2077 qui sera le titre le plus attendu de l’année 2020.

Un autre exemple dans le monde des séries TV, concerne Stranger Things. Comment ne pas y voir un hommage esthétique à de nombreux films des années 80 et notamment à l’une des plus fabuleuses aventures d’enfants, « Les Goonies »?? Netflix et son panel d’auteurs à l’origine de la série ne s’en sont pas cachés, reprenant allègrement certains codes de sitcom de l’époque ou en mettant en avant des décors et accessoires pour rendre cette série le plus proche possible de l’imaginaire collectif commun de ces années-là.

Une façon de jouer sur nos sentiments d’enfance, la clé de notre amour nostalgique pour l’esthétisme d’antan.



Information : Si vous êtes l’auteur d'illustrations vues sur le site et que vous souhaitez les supprimer, modifier et ou tout autres demandes, merci de prendre contact avec moi pour que je puisse vous citer et modifier l'article selon vos convenances. Si vous n'êtes pas cité, c'est que je n’ai pas trouvé sur la toile à qui appartenait ces créations. Je ne veux aucunement vous porter préjudice. Merci

Les articles que vous allez aussi aimer