Collection Ten S02 by fotolia – ALEXANDER OTTO


Originaire d’Hambourg, Alexander Otto, affiche du haut de ces 25 ans un parcours déjà bien complet. Tour à tour, illustrateur, designer interactif, motion designer ou encore directeur artistique, cet artiste pluridisciplinaire est motivé par l’innovation. « Tout ce qui fait un grand artiste peut disparaître la seconde suivante. Se mettre en danger est donc important, la technicité en découle naturellement. Améliorer sa technique, savoir se renouveler et innover doivent être un moteur de la création. »

Un leitmotiv qui lui a valu de travailler avec de prestigieux studios comme Sehsucht, Tronic ou Parasol Island et de publier ses contributions dans des revues spécialisées de renom telles que Computer Arts, Computerlove ou Advanced Photoshop. En 2008, il devient membre de la célèbre et très sélecte communauté créative The Keystone Design Union.

Installé aujourd’hui à New-York, Alexander Otto travaille pour l’agence R/GA comme Senior Visual Designer et a pour nouvelle ambition d’étendre ses compétences artistiques à la création de films interactifs et de courts-métrages.

Exclusif ce mois-ci 

Le lundi 10 juin, de 12h à 13h Fotolia et M2iformation proposeront un atelier en ligne sur les coulisses des oeuvres TEN. Franck Payen,  Formateur Expert des produits Adobe CS, décortiquera les PSD de quelques artistes dont celui d’Alexander Otto. Il nous  livrera les bonnes pratiques et quelques trucs et astuces sur Photoshop Creative Cloud. Les participants seront invités à poser leurs questions en direct !

Pour se pré-enregistrer et/ou assister à l’atelier en ligne et en direct : rendez-vous sur : www.fotolia.fr/atelierten, le lundi 10 juin de 12h à 13h00.

alexander-otto
alexander-otto

Interview d’Alexander OTTO

  • Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Alexander Otto, je suis un designer allemand et vis actuellement à New York.  J’exerce de nombreuses disciplines telles que l’illustration, la direction artistique, le développement de court-métrages en 3D ainsi que le design interactif.

  • Parlez-nous de votre formation : avez-vous suivi un parcours universitaire ou êtes-vous autodidacte ?

J’ai été formé dans une agence interactive au métier de concepteur multimédia numérique sur des problématiques de web design et d’applications interactives. Depuis, au cours des 6 dernières années, j’ai travaillé pour plusieurs agences mais aussi réalisé de nombreuses prestations en freelance. Aujourd’hui, je viens de m’installer à New-York pour travailler pour l’agence R/GA comme Senior Visual Designer.

Parallèlement à cette formation professionnelle, je me suis lancé dans mes autres disciplines en autodidacte. J’essaie de combiner mes compétences professionnelles et personnelles dans mes projets créatifs.

  • Quel a été votre parcours dans l’illustration digitale ?

Tout a commencé lorsque j’ai adhéré à la galerie Deviant Art et plus tard à celle de Behance. Nous étions alors une communauté de jeunes passionnés qui cherchaient à faire des choses cool avec Photoshop. C’est d’ailleurs certains d’entres eux qui m’ont poussé dans cette voie.

  • Quelles sont vos influences?

Je puise mon inspiration principalement des collectifs Depthcore et KDU. Je n’avais jamais vraiment été inspiré par l’art traditionnel en soi mais davantage par les travaux innovants de certains artistes qui m’impressionnaient. Aujourd’hui, avec le recul, je vois l’art d’un angle différent mais à l’époque cette émulation s’est révélée être une grande source d’inspiration créative.

  • Vos influences et vos inspirations ont un impact sur votre manière de travailler et sur votre style ?

Il est difficile de ne pas utiliser ses influences ou ses inspirations directement dans son travail. Mais j’essaie de l’éviter autant que possible pour  m’ouvrir à la nouveauté et à la créativité. Par exemple, quand je suis réellement inspiré par quelque chose, j’essaie de faire exactement le contraire. Cela peut sembler paradoxal mais ça fonctionne à tous les coups !

  • Comment définissez-vous votre style ?

C’est très difficile de décrire son propre style. D’ailleurs, je ne suis pas fan de l’idée d’avoir un style unique même si c’est plus vendeur. Globalement, je dirais que je suis très méticuleux et perfectionniste dans mon travail, un peu trop peut-être. Je ne suis jamais satisfait de la première ébauche. Pour certain, mon travail peut paraître trop précis et minutieux. Pour moi, le détail, que ce soit dans le visuel comme dans son idée, est la différence entre un bon et un très bon travail.

  • Quels sont les mots qui vous définissent le mieux?

Je dirais sombre et obsédé par les détails.

  • Pouvez-vous nous décrire votre méthode de travail pas à pas ?

J’ai mis au point une méthodologie de travail qui me réussit quel que soit le domaine artistique, qu’il s’agisse de l’illustration, de la conception de sites internet ou de films.

La première étape est l’analyse du problème et des objectifs, vient ensuite la recherche et le développement pour finir par la définition et la mise en place d’un visuel et son orchestration conceptuelle.  Une fois que je suis lancé, plus rien ne peut venir me perturber !

  • Quels sont les clients pour lesquels vous préférez travailler ? Pourquoi ?

Certains disent qu’ils aimeraient travailler pour Coca-Cola, Nike ou Apple, moi je n’ai pas de client rêvé. Ce qui m’importe c’est la nouveauté, le challenge qui va m’aider à progresser et à aller de l’avant. C’est pourquoi je ne me ferme aucune porte.

alexander-otto-workspace

  • Quels sont vos projets pour les prochains mois ?

Etendre ma renommée à New-York et expérimenter de nouveaux projets. Je suis fan inconditionnel de films interactifs et de courts-métrages. J’aimerai me lancer dans ce projet à l’avenir et me donner les capacités de réussir. Capter les tendances est quelque chose de plutôt instinctif, mais l’aspect technique est beaucoup plus difficile à appréhender et nécessite un apprentissage. C’est sur ce point-là que je souhaite me perfectionner.

  • Est-il important pour vous de continuer à travailler sur des projets personnels, en plus de vos projets professionnels? Pourquoi?

Absolument. En tant qu’artiste, peu importe le domaine dans lequel vous travaillez, vous ne progresserez jamais assez vite. Les projets des clients ne sont pas suffisants pour acquérir les compétences nécessaires au développement créatif. En ce qui me concerne, j’utilise environ 60% de mon temps de travail pour des projets personnels. Ils prennent deux fois plus de temps que les professionnels mais pourquoi s’arrêter quand on aime

  • La culture et l’histoire de votre pays sont très riches. Dans quelle mesure cela a-t-il  influencé votre travail ?

Je pense que la culture et l’histoire allemande a davantage influencé ma personnalité que mon travail. Ma plus grande source d’inspiration est plutôt multiculturelle puisqu’il s’agit d’Internet.

Cela m’amuse toujours d’entendre les gens dire que je sais organiser et structurer mon travail parce que je suis allemand. Je pense que je tiens cette rigueur avant tout de mon éducation.

  • Pensez-vous que, si vous aviez grandi dans un environnement différent / culture / pays, votre style et votre travail le seraient aussi ?

Probablement pas en Europe, mais si j’avais grandi en Amérique du Sud ou en Asie, mon style serait très certainement différent.

  • « D’où je viens? » Et « Où dois-je aller? »: est-ce-que ces questions résonnent dans votre travail ?

J’espère qu’au travers mon travail de ces dernières années, on peut noter une nette amélioration en termes de qualité, de concept et de design, et que cela continuera d’être le cas. Je ne sais résolument pas ce que je ferai dans 5 ans. Je sais seulement que quand je suis bon dans quelque chose je m’en désintéresse rapidement.

  • Pourquoi avez-vous rejoint le projet TEN?

Ten est une formidable source d’inspiration pour les jeunes artistes. J’aurais aimé qu’à mes débuts un artiste me confie ses secrets de fabrication pour m’en inspirer et me perfectionner. Surtout quand j’ai commencé à travailler la 3D, les tutoriels m’auraient permis de progresser rapidement. C’est pour cette raison que je suis ravi de participer aujourd’hui à ce beau projet.

  • Quel est votre avis sur la créativité, au sens large?

Dans une interview quelqu’un (je crois que c’était Karl Lagerfeld) disait que la créativité ne venait pas naturellement en flânant au bord de mer. Bien sûr, il y a des choses qui peuvent stimuler la créativité comme un environnement propice dans lequel vous vous sentez à l’aise, mais vous ne pouvez obtenir d’excellents résultats que si vous travaillez assidument, il n’y a pas d’autre alternative.

  • A votre avis, quelles sont les qualités d’un grand artiste / graphiste?

Toujours faire de nouvelles choses surprenantes. J’ai récemment lu le livre « Velocity » de Ajaz Ahmed et Stefan Olander dans lequel ils expliquent que tout ce qui fait un grand artiste, peut disparaitre la seconde suivante. Se mettre en danger est donc important, la technicité en découle naturellement. Améliorer sa technique, savoir se renouveler et innover doivent être un moteur de la création. Les promotions, le prestige, et les récompenses peuvent vous donner le sentiment d’être bon mais ils ne doivent en aucun cas vous aveugler. Se conforter dans le succès est dangereux car tout peut changer du jour au lendemain.

  • Quels seraient vos conseils pour les futurs graphistes qui voudraient suivre votre exemple?

Etre motivé. Chercher de nouveaux artistes et étudier leur méthodologie de travail.  Imprégnez-vous de tout ce qui vous entoure et testez constamment de nouvelles techniques. Ne restez pas bloqué sur un projet. N’écoutez personne et faites ce que vous pensez être le mieux, ce qui vous procure le plus de plaisir.

  • Vous avez autre chose à ajouter ?

Je tiens à remercier Fotolia de m’avoir donné cette formidable opportunité de partager mon savoir-faire auprès des communautés créatives du monde entier.

Part 2 : Technique

  • Parlez-nous de vos outils préférés: (périphériques, logiciels …)

Je termine tous mes travaux sur Photoshop. Que ce soit un élément provenant d’Illustrator, un rendu en 3D ou des clichés que j’ai photographié, Photoshop est définitivement mon logiciel favori. Au cours des années, j’ai accumulé une quantité impressionnante de fichiers  qui va des textures, aux photos de paysages, villes, animaux et personnes en passant par des effets comme de la fumée, des explosions, du liquide ou de la neige. Bref, tout ce qu’il est possible d’imaginer.

Il est important pour moi que ces éléments soient en HD et qu’ils ne proviennent pas de sources telles que Google ou Flick qui ne garantissent pas le respect des droits d’auteur et du droit à l’image. C’est la raison pour laquelle je puise mes ressources sur des banques d’images comme Fotolia. Depuis 2 ans, j’utilise également la 3D comme support pour plusieurs réalisations. Par exemple, pour des sujets avec des angles atypiques ou si je veux montrer des sujets en série d’images.

  • Quels messages voulez-vous transmettre dans vos créations?

Par le choix des images et des détails, je cherche à attirer l’attention voire à créer un malaise. Je trouve cela beaucoup plus intéressant et impactant que de travailler avec des images lisses, colorées et édulcorées. L’idée véhiculée nourrit l’esprit et laisse libre à plusieurs interprétations. Même s’il est possible d’avoir un ressenti similaire ou la même idée, cela ne sera jamais exactement la même chose.

  • Quelles étaient vos motivations pour ce choix ?

Améliorer ma technique et innover. J’avais envie de faire quelque chose que je n’ai jamais auparavant.

  • Le brief créatif de Fotolia appelle incontestablement à la liberté de création. Aimez-vous travailler à la suite d’une direction artistique définie ou préféreriez-vous avoir carte blanche ?

La liberté créative est la meilleure chose qui peut nous être proposée. Cela permet de transmettre le meilleur de nous même. Si le client émet des lignes directives claires mais qu’il laisse tout de même libre court à la créativité de l’artiste, le résultat n’en sera que meilleur.

  • Votre travail révèle plusieurs niveaux de profondeurs : pouvez-vous expliquer les différentes «couches» qui le composent?

J’utilise une énorme quantité de calques sur Photoshop. J’ai créé différents éléments – tels que des effets de recadrage, des réglages de couleurs, etc. – que j’ai importé dans Photoshop via la passerelle « objets dynamiques ». J’ai déposé le tout dans différents dossiers et sous-dossiers avec un code couleur pour mieux me repérer visuellement.

  • Avez-vous plus d’informations ou “astuces” à révéler sur votre travail et les techniques que vous avez utilisées pour le créer ?

Tout d’abord, travaillez avec les « Objets dynamiques » pour préparer tous vos éléments. Créez ensuite 3 copies de l’objet dynamique, et utilisez « Multiplier » pour les zones sombres et « Superposition » pour les zones claires. Utilisez un masque de manière à tirer le meilleur de rendu possible de vos éléments d’origine. Ceci augmente certes la taille du fichier, mais aussi et surtout la qualité de votre création.

  • Vous incorporez divers médias dans votre travail (3D, dessins, images, vecteurs …): pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet?

Généralement j’utilise des éléments en 3D même si cette fois-ci, pour TEN,  j’ai seulement utilisé des images Fotolia. Et récemment, j’ai réalisé une création dans laquelle j’ai simulé de la fumée avec FumeFX et intégré 24 millions de particules avec Krakatoa, que j’ai simplement importées dans Photoshop au format PNG.

  • Utilisez-vous vos techniques habituelles ou en expérimentez-vous de nouvelles ?

J’ai expérimenté le matte painting. Ça a été l’un de mes plus grands challenges, il  m’a permis de développer de nouvelles techniques de création.

Part 3 : L’artiste et son œuvre de la collection TEN

Pour Ten, j’ai choisi de retracer la rencontre amoureuse. Mon illustration représente un jeune couple et les différents moments de leur vie qui ont contribué à leur rencontre. Les endroits comme les sentiments changent mais leurs corps, eux, restent intemporels.

Rendez-vous sur le site http://www.tenbyfotolia.com pour télécharger le PSD



Information : Si vous êtes l’auteur d'illustrations vues sur le site et que vous souhaitez les supprimer, modifier et ou tout autres demandes, merci de prendre contact avec moi pour que je puisse vous citer et modifier l'article selon vos convenances. Si vous n'êtes pas cité, c'est que je n’ai pas trouvé sur la toile à qui appartenait ces créations. Je ne veux aucunement vous porter préjudice. Merci

Les articles que vous allez aussi aimer